Facebook Pixel
Visitez la région de l'Islet

Trouvez pratiquement tout sur notre site Web

Recherches courantes

    Un peu d'histoire

    Découvrir Saint-Pamphile

    Un peu d'histoire

    C'est en 1859…

    … que Saint-Pamphile vit arriver son premier colon, M. Frédéric Vaillancourt. Celui-ci possédait déjà une bonne terre à Saint-Aubert; mais se trouvant dans l'impossibilité d'établir tous ses enfants dans cette même paroisse, il prit le parti de pousser une pointe de forêt, à l'endroit même où le gouvernement faisait ouvrir un chemin de colonisation qui devait porter le nom de route Elgin.

    Le bruit s'était répandu dans les paroisses environnantes que les terrains échelonnés le long de la route Elgin étaient de bonne qualité. Dès 1860, d'autres familles vinrent s'installer sur les lots boisés qu'elles ne tardèrent pas à transformer en culture. Le nombre des colons s'accrut sensiblement avec l'arrivée de nouvelles familles. Ces nombreux déménagements ont fait grimper la population de Saint Pamphile à 1 250 en 1900.

    C'est en 1880, que débute la construction de l'église qui fut restaurée en 1919 pour y ajouter des galeries.

    Le 21 janvier 1888, la municipalité fut officiellement constituée.  Ce n'est qu'à partir de 1890 que les médecins pratiquent et résident dans la paroisse.

    Le Centre communautaire Noël-Anctil, actuellement utilisé par la Maison de la Famille, Hop! La Vie, l'ABC des Hauts Plateaux et le Centre d'aide de recherche d'emploi Montmagny-L'Islet, a vu le jour en 1907 en tant que couvent.

    Saint-Pamphile a donné naissance à deux autres paroisses. En 1898, Saint-Adalbert voyait le jour. En 1938, Saint-Omer était formé à même le territoire et la population de Saint-Pamphile.

    En 1936 les citoyens de la route Elgin et du rang Double bénéficient de l'électricité. Sept ans plus tard, le village se munit d'un réseau d'aqueduc amélioré, qui assure aux citoyens du village, une meilleure protection contre les incendies.

    La construction de la salle paroissiale en 1942 est une réalisation de Joseph Alexandre, curé de Saint-Pamphile. Son objectif est de ressusciter, dans son architecture, le Manoir Philippe-Aubert-de-Gaspé de St-Jean-Port-Joli, détruit par les flammes en 1909. Au début, cette salle abritait une salle d'amusement, un restaurant, une salle de théâtre, une école de garçons et le logis du professeur. À l'extérieur, était aménagé un vaste terrain utilisé en été pour le tennis et le croquet, et transformé en hiver en une magnifique patinoire. En 1966, cette salle devient la salle municipale. Aujourd'hui, elle abrite les bureaux de la Ville de Saint-Pamphile ainsi que la bibliothèque municipale Marie-Louise-Gagnon. Le Club de l'Âge d'Or est locataire de la salle municipale, la construction de celle-ci a coûté autrefois 45 000$.

    Pour répondre aux besoins des colons, les premières scieries ouvrent entre 1870 et 1880. Au fur et à mesure que la demande du bois de construction croît, au milieu des années 30, les moulins se multiplient, s'agrandissent et se modernisent. Ce n'est qu'en 1950 que les deux plus gros employeurs de la région apparaissent comme on les connaît aujourd'hui. Au début des années 50, on assiste à la fondation des Industries Maibec. En 1969, on lui donne cette appellation née de la contraction de Maine et Québec. En avril 1958, Matériaux Blanchet Inc. commence ses opérations. En contrepoids à l'industrie forestière, le textile fait son apparition en 1954; Industrie Troie Inc. confectionne des vêtements. En 1968, cette entreprise se spécialise dans la production de jeans pour de grandes marques connues. Malheureusement, cette entreprise a fermé ses portes en novembre 2004. Le dynamisme des gens d'ici fait en sorte que plusieurs entreprises ont vu le jour durant les dernières années. Les compagnies suivantes sont venues s'implanter dans le Parc industriel : Bois Cargault Inc., Usinage J.S. Inc., Industries MaibecTextiles Gauvin Inc., Trans Ray Gauvin Inc. et Transport St-Pamphile Inc.

    L'HISTOIRE DE SAINT-PAMPHILE EN QUELQUES IMAGES

    Tel qu'il existait à st-jean-port-joli, le manoir philippe aubert de gaspé construit tout en bois, il a été complètement détruit par un incendie, il y a plus d'un siècle.

    Tel qu'il existait à St-Jean-Port-Joli, le Manoir Philippe Aubert de Gaspé construit tout en bois, il a été complètement détruit par un incendie, il y a plus d'un siècle.

    Frédéric vaillancourt et son épouse née éliza chouinard

    Frédéric Vaillancourt et son épouse née Éliza Chouinard

    Logo et armoiries

    Organisation

    Continuellement obligée de réinventer son approche promotionnelle Ville Saint-Pamphile amorçait, il y a quelques années, une démarche dans le but de rajeunir et d'uniformiser son image d'appel.  La première étape de ce projet a été de retenir un slogan simple et efficace: "Saint-Pamphile naturellement".  Cette proposition de M. Richard Laberge a rapidement retenu l'attention puisqu'il s'agissait d'un thème calqué sur la réalité des paysages et des grands espaces caractérisant la région.

    En parallèle à ce slogan et pour souligner le passage à l'an 2000, Mme Juliette Dupont et le Comité Floralies 2000 proposaient à la municipalité d'adopter la marguerite comme emblème floral.  Une résolution en ce sens fut déposée par le membres du Conseil municipal auprès de la Société d'horticulture et d'écologie ainsi chargée d'officialiser la démarche.

    Pour donner vie à ces initiatives, la municipalité décide alors de faire appel à un artiste local,  M. Roger Hubert qui reçoit le mandat de développer un concept articulé autour de l'industrie forestière et de la marguerite.  Le travail de M. Hubert répond aux attentes et sa proposition de logo est immédiatement retenue.

    Petit à petit, Ville Saint-Pamphile va étendre ce concept à l'ensemble de son marketing.  Les campagnes touristiques, le matériel promotionnel et la papeterie sont autant de domaines qui ont bénéficié d'une véritable cure de rajeunissement.

    Parties constitutives des armoiries:

    ECU: LA partie la plus importante des armoiries.  Symbole de la puissance et de la défense. Ecu en forme écartelée se rapportant à l'histoire de notre pays, le Canada, armoiries d'alliance.

     

    Explications des termes héraldiques:

    AZUR: Couleur bleu céleste qui se représente en gravure par des lignes horizontales; c'est l'emblème de la justice, de la loyauté et de la beauté.

    DE GUEULES: couleur rouge, il se représente dans la gravure par des lignes verticales.  Il est du genre masculin et bien qu'il s'écrive toujours avec un "s" il est du genre singulier.  Récompense envers le premier homme arrivé à Saint-Pamphile.

    SINOPE: Couleur verte qui se représente en gravure par des lignes diagonales de texte à senestre de la pointe.  L'étymologie de cette couleur se rattache à la ville de Sinope qui se remarquait au loin par ses terrasses vertes, comme Saint-Pamphile avec ses forêts et ses terres.

    Ornements extérieurs:

    Le tout soutenu par deux branches d'érable de sinople, feuillées de même, tigées et boutonnées d'or, croisées en pointe en sutoir et liées par un ruban d'argent, retenant un listel de parchemin, chargé de l'identité des Armoiries: "VILLE DE SAINT-PAMPHILE".

    L'ORIGNAL: au naturel, posé de face de la tête seulement situé au cimier de l'écu qui a le mérite d'unir la force et la majesté au caractère animal essentiellement canadien.  Saint-Pamphile qui est reconnu pour ses fameux territoires de chasse et de pêche.

    FASCE DROITE: Pièce honorable posée horizontalement au centre de l'écu, elle est dite haussée.  elle est un attribut à l'écu recouvert de d'autres fasces en triangles, ce qui en fait une partie burelée.  Cette figure héraldique dans les Armoiries de Ville de Saint-Pamphile rappelle le voisinage et représente également sa situation géographique au bords de la frontière américaine.

    D'ARGENT: Deuxième métal employé en art héraldique; et représenté en gravure par le blanc plein, il symbolise la pureté.

    EN CHEF: Partie supérieure de l'écu accompagnées en chef de trois feuilles d'érable, emblème national du Canada, de couleur or qu'elles revêtent à l'automne, lesquelles tirées des Armoiries de la Province de Québec.

    À TROIS ABEILLES: Les abeilles sont des figures héraldiques très compréhensives.  Ces insectes sont représentés "montants", vus du dos, et les pattes étendues.  L'abeille symbolise l'industrie et l'ordre qui règnent à Ville de Saint-Pamphile.

    SOUCHE ET BILLE: La souche exprime le travail ardu des pionniers qui en ont fait une terre de culture; la bille de bois coupée, indique la continuité de l'exploitation forestière, principale ressource de l'endroit.  Ces nombreux moulins à bois offrent des essences variées de première qualité.

    À TROIS FLEURS DE LIS: Dites écartées en pointes.  À l'origine, les fleures de lis d'argent semées sur champs d'azur formaient les armes des rois de France: symbolisant le caractère et la lange française qui composent la population de Saint-Pamphile.

    À SIX ANNELETS: Les anneaux mis en nombre se nomment annelets.  L'Anneau est la marque distinctive des chevaliers; c'Est un signe de haute noblesse.  Ces anneaux symbolisent chacune des familles à descendance qui composent Saint-Pamphile, de même que les groupes religieux, civiques et social de la paroisse.

    L'identité: "Ville de Saint-Pamphile" est celle qui la fait et qui la fera connaître partout grâce à sa ténacité, son aplomb, justement par ce bel esprit de travail et de vouloir,  Sa devise, c'est sa fierté.

    Ornements extérieurs: le tout soutenu par deux branches d'érable de sinople, feuillées de même, tigées et boutonnées d'or, croisées en pointe en sutoir et liées par un ruban d'argent, retenant un listel de parchemin, chargé de l'identité des armoiries: "ville de saint-pamphile". l'orignal: au naturel, posé de face de la tête seulement situé au cimier de l'écu qui a le mérite d'unir la force et la majesté au caractère animal essentiellement canadien.  saint-pamphile qui est reconnu pour ses fameux territoires de chasse et de pêche. fasce droite: pièce honorable posée horizontalement au centre de l'écu, elle est dite haussée.  elle est un attribut à l'écu recouvert de d'autres fasces en triangles, ce qui en fait une partie burelée.  cette figure héraldique dans les armoiries de ville de saint-pamphile rappelle le voisinage et représente également sa situation géographique au bords de la frontière américaine. d'argent: deuxième métal employé en art héraldique; et représenté en gravure par le blanc plein, il symbolise la pureté. en chef: partie supérieure de l'écu accompagnées en chef de trois feuilles d'érable, emblème national du canada, de couleur or qu'elles revêtent à l'automne, lesquelles tirées des armoiries de la province de québec. à trois abeilles: les abeilles sont des figures héraldiques très compréhensives.  ces insectes sont représentés "montants", vus du dos, et les pattes étendues.  l'abeille symbolise l'industrie et l'ordre qui règnent à ville de saint-pamphile. souche et bille: la souche exprime le travail ardu des pionniers qui en ont fait une terre de culture; la bille de bois coupée, indique la continuité de l'exploitation forestière, principale ressource de l'endroit.  ces nombreux moulins à bois offrent des essences variées de première qualité. à trois fleurs de lis: dites écartées en pointes.  à l'origine, les fleures de lis d'argent semées sur champs d'azur formaient les armes des rois de france: symbolisant le caractère et la lange française qui composent la population de saint-pamphile. à six annelets: les anneaux mis en nombre se nomment annelets.  l'anneau est la marque distinctive des chevaliers; c'est un signe de haute noblesse.  ces anneaux symbolisent chacune des familles à descendance qui composent saint-pamphile, de même que les groupes religieux, civiques et social de la paroisse. l'identité: "ville de saint-pamphile" est celle qui la fait et qui la fera connaître partout grâce à sa ténacité, son aplomb, justement par ce bel esprit de travail et de vouloir,  sa devise, c'est sa fierté.